Logo ESE



Partenaires

Logo CNRS
Logo tutelle UPS
Logo tutelle AgroParisTech



Rechercher

sur ce site


Accueil > Equipes de recherche > Evolution des Angiospermes > Évolution de la fleur et du pollen > Evo-Devo du type apertural pollinique

Evo-Devo du type apertural pollinique

Le type apertural pollinique est caractérisé par le nombre, la forme et la position des apertures, qui sont des zones amincies de la paroi pollinique. Ces zones jouent un rôle essentiel dans la survie du grain de pollen. Notre point de départ est un modèle d’ontogenèse du type apertural (Ressayre et al. 2002) visant à expliquer la formation de la plupart des types aperturaux répertoriés chez les angiospermes par les variations combinées de différentes caractéristiques de la méiose mâle ou microsporogenèse. Les variations concernent : 1) le type de cytocinèse, 2) le mode de formation des parois entre les futures microspores, 3) la forme de la tétrade, et 4) la position polaire ou groupée des apertures au sein de la tétrade.

Les angiospermes présentent deux grands types aperturaux : le type monosulqué (majoritaire chez les angiospermes basales et les Monocotylédones), et le type tricolpé (une innovation évolutive du clade des Eudicotylédones). La divergence se retrouve également au niveau des caractéristiques de la microsporogenèse impliquées dans l’ontogenèse du type apertural, dont nous avons montré qu’elles varient de façon impressionnante au niveau interspécifique chez les Monocotylédones (Thèses de L. Penet 2004 et de Julie Sannier 2006, Penet et al. 2005, Ressayre et al. 2005, Nadot et al. 2006, Sannier et al. 2006, Sannier et al. 2007), alors qu’elles sont beaucoup plus conservées chez les Eudicotylédones. Nous avons montré grâce à des analyses phylogénétiques comparatives que les différentes caractéristiques de la microsporogenèse n’évoluent pas indépendamment les unes des autres (Penet et al. 2007).

Les variations de la microsporogenèse ne se traduisent pas toujours par des variations de la morphologie pollinique : nous avons montré qu’il est possible d’obtenir, au sein d’un même clade, un type apertural identique par différentes voies développementales, comme c’est le cas pour le pollen monosulqué (Penet et al. 2005, Nadot et al. 2006, Sannier et al. 2006). Une étude de la microsporogenèse chez Codiaeum variegatum var. pictum (Eudicotylédones : Euphorbiaceae), qui produit des grains de pollen inaperturés, a révélé d’importantes variations dans les différentes étapes de la méiose mâle. Ces variations pourraient s’expliquer par un relâchement des pressions de sélection s’exerçant sur le développement, puisque le pollen est non aperturé.

Ces recherches sont menées en collaboration avec A. Ressayre (UMRGV Moulon), P.-H. Gouyon (MNHN Paris), C. Furness et M. Harley (Royal Botanic Gardens Kew, GB), M. Yang (Oklahoma State University, USA) et ont été financées en 2006 par l’IFR87.