Logo ESE



Partenaires

Logo CNRS
Logo tutelle UPS
Logo tutelle AgroParisTech



Rechercher

sur ce site


Accueil > Equipes de recherche > Evolution des Angiospermes > Évolution de la fleur et du pollen > Evo-Devo de la symétrie florale

Evo-Devo de la symétrie florale

La fleur est l’une des innovations évolutives les plus remarquables des angiospermes. Une des variations des caractères floraux concerne le type de symétrie. Les deux types dominants sont la symétrie radiale (actinomorphie) et la symétrie bilatérale (zygomorphie). Afin d’identifier les contraintes architecturales et historiques mises en jeu dans l’évolution de la symétrie, nous utilisons une approche qui repose sur l’analyse phylogénétique comparative des caractères floraux potentiellement associés avec les changements de symétrie florale. Cette approche nous a permis de mettre en évidence l’existence de différences entre l’ordre des Ranunculales, appartenant aux Eudicotylédones basales (Damerval & Nadot, 2007) et le clade des Asteridae qui fait partie des Eudicotylédones dérivées (Jabbour et al. sous presse).

La figure ci-dessous présente le scénario évolutif établi pour les Asteridae.


En parallèle, nous explorons les bases moléculaires qui sous-tendent la mise en place de la zygomorphie au sein des Eudicotylédones basales. Nous utilisons une approche gène candidat, avec la recherche et l’étude de gènes CYC-like chez les Renonculacées (thèse de Florian Jabbour), dont l’implication dans l’évolution de la zygomorphie a été montrée chez des espèces modèles appartenant aux Eudicotylédones dérivées, ainsi que chez les Papaveraceae. L’étude du développement floral chez les Papaveraceae et les Ranunculaceae (en cours) nous permet de caractériser de façon précise l’étape au cours de laquelle la symétrie bilatérale se met en place. Cette étape est indispensable pour rechercher l’existence d’une corrélation entre l’expression de gènes CYC-like et la mise en place de la symétrie bilatérale.

Ces recherches sont menées en collaboration avec C. Damerval (UMRGV Moulon), L. Ronse de Craene (RBG Edimbourg, GB). Interne : J. Shykoff (GEE) et ont été financées en 2007 par l’IFR87 en 2007.

A : extrait de l’arbre phylogénétique des Asteridées sur lequel a été retracée l’évolution du type de symétrie (noir : actinomorphie ; gris : zygomorphie). B : même arbre sur lequel a été retracée l’évolution du nombre d’étamines (noir : oligandrie ; gris : polyandrie). La comparaison statistique des deux arbres a permis d’établir le scénario évolutif présenté sur la droite. L’épaisseur des flèches est proportionnelle aux taux de transitions estimés.