Logo ESE



Partenaires

Logo CNRS
Logo tutelle UPS
Logo tutelle AgroParisTech



Rechercher

sur ce site


Accueil > Equipes de recherche > Ecophysiologie Végétale > Photosynthèse et Environnement > Physiologie de la photosynthèse en conditions extrêmes

Physiologie de la photosynthèse en conditions extrêmes

Peter Streb

Les plantes alpines vivent dans des conditions très difficiles, où les basses températures tendent à ralentir gravement le métabolisme et s’accompagnent de forts éclairements, pouvant causer des dommages sur le système photosynthétique. Par le biais d’études de terrain (Station Alpine du Col du Lautaret) et de laboratoire, la physiologie de la plante alpine qu’est la Renoncule des Glaciers, est étudiée.

La réalisation de la photosynthèse aux basses températures est un phénomène pouvant arriver en hiver sous nos climats, comme ici pour un pied de Lamier pourpre (à gauche). Les plantes alpines, qui ont évolué dans un milieu où ces contraintes sont courantes, ont développé des stratégies d’adaptation physiologiques. C’est le cas de la Renoncule des Glaciers (au centre), qui pousse en haute montagne (par exemple, le Col du Galibier, à droite).