Logo ESE



Partenaires

Logo CNRS
Logo tutelle UPS
Logo tutelle AgroParisTech



Rechercher

sur ce site


Accueil > Equipes de recherche > Ecologie des Populations et des Communautés > Ecotoxicologie > Ecotoxicologie

Ecotoxicologie

Impacts écotoxicologiques des cyanotoxines dans les écosystèmes aquatiques
N. Bouaicha et S. Corbel

Mots clés : cyanotoxines, microcystines, poisson zèbre, potentiel œstrogénique

La présence des blooms de cyanobactéries et leur toxines de type microcystine dans les eaux de surface engendre des nuisances écologiques, sanitaires et socio-économiques, affectant l’ensemble de l’écosystème aquatique, à savoir, les animaux, les plantes mais aussi l’Homme utilisateur et consommateur de cette eau. L’objectif de notre recherche est double. Il s’agit en premier d’étudier les effets embryotoxiques et d’évaluer le potentiel œstrogénique de ces cyanotoxines à des concentrations environnementales in vitro sur des organismes complexes comme les embryons du poisson zèbre (Danio rerio). En parallèle, nous étudions en collaboration avec le centre universitaire d’El Taref en Algérie, la bioaccumulation de ces toxines in situ dans des poissons élevés dans le lac Oubeira.

Nos travaux sont articulés autour de deux questions majeures :

1) Quels sont les mécanismes moléculaires impliqués dans les effets sur la toxicité et la reproduction (potentiel œstrogénique) des microcystines chez les embryons du poisson zébre (Danio rerio) ?
2) Quels sont les mécanismes moléculaires impliqués dans la grande tolérance de poissons à ces toxines ?

Santé publique et Environnement
M. Bimbo, S. Karolak et Y lévi

Les travaux portent sur l’évaluation des expositions et des effets liés aux micropolluants organiques dans les milieux aquatiques et dans l’air. Ces contaminants, issus essentiellement des activités humaines, sont présents en très faibles concentrations et en mélanges complexes. Les organismes aquatiques sont exposés de manière chronique et certains franchissent les filières de production d’eau destinée à la consommation humaine. Des émissions aériennes exposent également les organismes de manière chronique. Le groupe évalue les niveaux de contamination et les effets biologiques par des stratégies analytiques par coupage de chromatographies gazeuse et liquide avec la spectrométrie de masse en tandem et à l’aide d’essais biologiques sur des lignées cellulaires ou in vivo. Ont ainsi été étudiés et/ou sont en étude :
- le devenir des micropolluants à effets perturbateurs endocriniens (plastifiants, retardateurs de flamme, hormones ..) au long de bassins versants, au cours des traitements d’assainissement par boues activées ou par biofiltres et dans les eaux de consommation humaine (ANR ECHIBIOTEB http://echibioteb.irstea.fr/, bassin pilote SIPIBEL - www.graie.org/Sipibel/index.html.
L’évaluation de la contamination de l’air intérieur par les perturbateurs endocriniens est menée en collaboration :

  • les flux de résidus de médicaments par le développement de modèles des concentrations de ces molécules rejetées dans les eaux usées des hôpitaux (Programme Médiflux, Projet programme éco-industrie SVEH)
  • les résidus de drogues illicites dans les eaux en évaluant les concentrations dans les eaux usées avant et après traitements, l’efficacité des technologies d’épuration, les niveaux de rejets dans le milieu récepteur et les impacts sur le comportement du danio (poisson zèbre). Les travaux présentent le double intérêt d’une évaluation des risques écotoxiques et de l’aide à réduction des risques sanitaires (Ministère chargé de la santé, Association SAFE, Veolia Environnement).