Logo ESE



Partenaires

Logo CNRS
Logo tutelle UPS
Logo tutelle AgroParisTech



Rechercher

sur ce site


Accueil > Equipes de recherche > Ecologie des Populations et des Communautés > Ecologie du paysage, changement d’utilisation des écosystèmes et urbanisation > Ecologie du paysage, changement d’utilisation des écosystèmes et urbanisation

Ecologie du paysage, changement d’utilisation des écosystèmes et urbanisation

Dynamique et fonctionnement des eaux de surface en fonction de l’utilisation des sols
F. Hulot
L’utilisation des sols dans les savanes varie selon la pluviométrie. Pour une faible pluviométrie, le pastoralisme est dominant. Celui-ci laisse la place à l’agriculture de subsistance et commerciale quand la quantité de pluies annuelles augmente. L’écotourisme est maximal pour une pluviométrie intermédiaire.Retour ligne automatique
Dans ce contexte, l’utilisation sur les eaux de surface et leurs relations avec le milieu terrestre environnant est aussi changeante. Les conséquences sur la dynamique des milieux aquatiques sont diverses avec des modifications du fonctionnement des réseaux trophiques aquatiques et de la typologie des milieux. Ces questions sont étudiées au Zimbabwe sur le site de Hwange National Park et sa périphérie (zones communale et forestière), qui est une zone atelier CNRS.

Dynamiques de la biodiversité et des services écosystémiques au cours du développement péri-urbain
E. Baudry, C. Bessa-Gomes, E. Bonnaud, F. Chiron, C. Hanot, S. Karolak, Y. Levi, L. Oziol
Le développement du vaste campus de l’Université Paris Saclay prévoit l’implantation d’un cluster technologique et scientifique de rang mondial ainsi que de logements et d’infrastructures de transport, ce qui va profondément modifier le degré d’urbanisation et la densité de la population sur le plateau de Saclay. Cette évolution représente un véritable laboratoire naturel permettant d’étudier à l’échelle d’un territoire les mécanismes par lesquels la biodiversité et donc les services écosystémiques répondent au développement périurbain. Nous prévoyons de suivre en parallèle l’évolution de la biodiversité du plateau de Saclay et des services écosystémiques qui lui sont associés , ainsi que les pressions anthropiques qui s’exercent sur le territoire, en particulier la contamination de l’environnement par des polluants et la modification de l’occupation des sols. La finalité sera de comprendre et modéliser les relations qui existent entre pressions anthropiques, biodiversité et services écologiques. Ces connaissances seront utiles aux acteurs et décideurs pour effectuer leurs choix de gestion des risques environnementaux, des agro-écosystèmes et dans l’aménagement urbain et paysager du Plateau.

Effet de la pression anthropique dans les processus écologiques : interactions biotiques et impact de deux prédateurs au sein d’environnements changeants (Thèse menée par Irene Castaneda sous la direction de Jean-Louis Chapuis & Elsa Bonnaud)

Ce projet est principalement axé sur l’étude de l’impact des mammifères prédateurs, notamment les carnivores, de par leur fonction de prédateurs supérieurs jouant le rôle de régulateur au sein la chaine trophique (effet top-down) qui ont par conséquent un impact sur leurs proies respectives.
Les deux prédateurs étudiés, le chat domestique Felis silvestris catus et le renard roux Vulpes vulpes, sont les deux prédateurs les plus abondants en contexte urbain et peri-urbain en île de France. Etudier leurs interactions biotiques (compétition, prédation), leur effet sur la biodiversité ainsi que leur fonction de disséminateurs de graines d’espèces native ou envahissantes, permettra de mieux appréhender leurs impacts respectifs en fonction des différents écosystèmes étudiés (écosystèmes forestiers, agricoles et parcs urbains) relatifs à un gradient de pression anthropique et urbain.
La région Île-de-France a un patrimoine naturel remarquable dans lequel la diversité des espèces est comparable à celles des régions voisines de surface plus étendues. Nous concentrerons notre étude sur 3 types écosystèmes

  • forestier, représenté par la forêt de Rambouillet (Yvelines)
  • agro-écosystème, représenté par le plateau de Saclay (Essonne)
  • parc urbain, représenté par le Parc de Sceaux (Hauts-de-Seine)

Ces 3 sites d’études seront étudiés en parallèle pour pouvoir comparer ces différents milieux selon le gradient d’urbanisation et le différentiel des pressions anthropiques (faibles pressions anthropiques en forêt, modification d’utilisation des terres pour l’agro-écosystème et matrice urbaine dense pour le parc urbain).
Cette étude fournira des résultats permettant de gérer au mieux cette pression anthropique en (i) renforçant les efforts d’études sur les écosystèmes prioritaires, ici le sud-ouest de la région île de France et (ii) favorisant les projets proposant des actions de gestions efficaces et adaptées la préservation de la biodiversité.

Urbanisation et recherche alimentaire chez les oiseaux
C. Bessa-Gomes, F. Chiron

Le développement du nouveau campus, en limitant les habitats favorables à la biodiversité, va impacter la ressource alimentaire. Comment les espèces et les communautés répondent à cette modification ? Les espèces sont-elles toutes affectées de la même façon ? Quels sont les mécanismes de recherche alimentaire impliqués (interactions spécifiques, innovation comportementale, généralisme…) ? Depuis 2013, un suivi expérimental visuel et par capture d’oiseaux à la mangeoire sur plusieurs sites du campus a pour but de répondre à ces questions.

Influence du gradient d’urbanisation chez différentes populations de petits passereaux
M. Vaugoyeau
ATER au sein de l’équipe Ecologie des Populations et des Communautés, je cherche à comprendre l’influence du gradient urbain-rural chez différentes populations de mésanges bleues et charbonnières. Dans un contexte global de hausse de l’urbanisation, l’objectif de ce travail est de décrire la phénologie des populations à travers un gradient européen d’urbanisation. Ce projet fait suite à celui de ma thèse où j’ai étudié la phénologie et le succès de la reproduction des mésanges en relation avec l’environnement (pollution, densité humaine…) et le phénotype des individus (condition corporelle, les signaux colorés et des indices physiologiques). Je cherche aussi à comprendre et mesurer l’importance des effets maternels en tant que médiateurs des changements globaux.