Logo ESE



Partenaires

Logo CNRS
Logo tutelle UPS
Logo tutelle AgroParisTech



Rechercher

sur ce site


Accueil > Personnel > Pages personnelles > Trajectoires EcologiqueS et Société > Timothée Fouqueray

Timothée Fouqueray

Toutes les versions de cet article :

Doctorant

Doctorant


You can read the english version of this webpage
by clicking here.


Bienvenue sur ma page personnelle : vous trouverez ici
un rapide aperçu de mon parcours, du projet de recherche
que je mène actuellement en thèse d’écologie.
Vous pourrez aussi trouver ci-dessous mes
coordonnées, pour plus d’échanges. A bientôt !



Coordonnées :

  • Laboratoire Ecologie Systématique et Evolution,
    Equipe TrajectoireS Ecologique et Société / Université
    Paris-Sud XI, Bâtiment 360, Bureau 318 / 91405 ORSAY Cedex
  • Courriel : timothee.fouqueray (at) u-psud.fr


Thèse de doctorat - en cours

Thèse de l’école doctorale ABIES en co-direction par Nathalie Frascaria-Lacoste et Michel Trommetter. Financement de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.

2016 - 2019 > Adaptation stratégique au changement climatique, conservation de la biodiversité : quels enseignements tirer des évolutions des pratiques de gestion forestière pour l’anticipation des effets du changement climatique en France ?

Cette thèse tente de déterminer la viabilité écologique à long-terme de l’évolution des pratiques forestières dans un contexte de changement climatique, tout en maintenant les usages variés que nos sociétés font des milieux forestiers. Dans ce cadre, l’interdisciplinarité permet de convoquer les connaissances et cadres d’analyse des sciences écologiques, économiques et sociales.

Le projet doctoral prend comme point de départ les évolutions des pratiques forestières en France depuis les tempêtes du début de siècle : quels changements techniques peut-on observer sur la régénération, la gestion des peuplements et l’utilisation des biens et services écosystémiques ?

Partant de ces constats, nous analysons la part respective des différents critères économiques, sociaux et écologiques dans l’évolution des pratiques de gestion des forêts. Nous tentons de comprendre sur quels choix l’adaptation au changement climatique pourrait peser : pour qui ? À quel niveau de priorité ?

Une fois les déterminants des évolutions techniques mieux compris, nous souhaitons nous appuyer sur une démarche de modélisation d’accompagnement pour distinguer comment les acteurs de la forêt pourraient proposer des modes de gestion qui permettent d’assurer la viabilité écologique et le maintien des biens et services écosystémiques forestiers. Pour ce faire, nous aurons recours à la construction de scénarios (gouvernance des forêts, drivers économiques, perturbations climatiques, ...) et à la méthodologie Commod.

2017 (premier trimestre) > Adaptation stratégique au changement climatique, conservation de la biodiversité : quels enseignements tirer de la gestion des risques naturels pour l’anticipation des effets du changement climatique ? Étude de cas : la relocalisation stratégique littorale face à la submersion marine.

L’approche développée dans ce projet tient en deux étapes :

  • recueil et analyse a posteriori des adaptations mises en place pour la gestion de risques naturels
  • étude des apports potentiels de ces retours d’expérience pour la restauration écologique de systèmes dunaires ou de prés salés.

Le cas d’étude retenu est celui de la relocalisation stratégique. Les changements climatiques risquent d’augmenter l’intensité et la fréquence des épisodes de submersion marine, en lien avec l’érosion littorale. Une des stratégies d’adaptation propose de relocaliser en rétro-littoral les usages les plus menacés (habitations, infrastructures, ...). L’étude du doctorat se focalise particulièrement sur les choix de réinvestir en usages légers, temporaires et mobilisables des espaces ainsi libérés. Quelles sont les options existantes ou possibles ? Quelles en sont les conséquences socio-économiques et environnementales ?


Projet Act-Lab du LabEx BASC

2016 + > Adaptation aux changements climatiques liée à la biodiversité : stratégie territoriale des structures environnementales régionales.

Ce projet de recherche interdisciplinaire a pour objectif général de cartographier des vulnérabilités climatiques et de comparer différentes stratégies d’actions à mettre en place permettant de mieux gérer un avenir climatique incertain. L’approche se fonde sur une diversité de disciplines différentes et d’acteurs de terrain, en vue de coupler sciences du vivant, sciences sociales et expertise locale. Afin de disposer d’une bonne disponibilité de données permettant la comparaison, et d’une connaissance du terrain, nous proposons les parcs naturels régionaux comme zones d’études privilégiées. Plus concrètement, l’objectif se décline en trois parties :

i) Le premier objectif est de créer un fond de données suffisantes pour établir des diagnostics territoriaux correspondant aux capitaux environnementaux, économiques, humains, sociaux et techn(olog)iques directement liés à l’usage de la biodiversité. Ces diagnostics permettront, grâce à des modèles climatiques locaux, de détecter des zones de vulnérabilité des capitaux d’un territoire liés à la biodiversité.
ii) Le deuxième objectif est de mettre en place, avec les acteurs du territoire dans leur diversité, une ou des stratégie(s) d’adaptation pertinente du territoire au changement climatique, basée(s) sur le diagnostic précédent. Plus précisément, des ateliers de modélisation de l’accompagnement faciliteront la construction collective de solutions fondées sur la nature.
iii) Le troisième objectif, méthodologique et transversal, consiste à mettre en place un réseau d’acteurs en recherche-action pour la collecte et l’analyse de ces données. L’interdisciplinarité sera ici à la croisée de l’écologie, de l’économie écologique et pourra faire intervenir des sciences sociales. Le collectif permettra de partager des expériences et des données pour co-construire des scénarios prospectifs communs. Ces scénarios serviront de pistes de recherches et d’actions concrètes destinées à être ultérieurement testées. Ce collectif sera aussi un lieu d’échange et de transmission des savoirs et méthodes.

Cette étude s’insère dans le cadre des appels à projets Émergence du laboratoire d’excellence Biodiversité, Agroécosystèmes, Société, Climat. Elle mobilise de front les sciences écologiques avec Nathalie Frascaria (laboratoire ESE), les sciences économiques avec Michel Trommetter (laboratoire GAEL, Grenoble) et Harold Levrel (CIRED) ainsi que la sociologie et la géographie avec Agnès Fortier (SAD-APT).


Formation

2015- 2016 > Certificat de spécialité Sciences Politiques, Écologie, Stratégie (SPES), AgroParisTech.

  • Formation théorique (6 mois) : Sciences politiques de l’environnement, ingénierie écologique, gestion patrimoniale et stratégie
    d’actions en univers complexe.
  • Application pratique (6 mois, en cours) : Mise en place d’une méthodologie de mise en évidence des liens entre biodiversité et capitaux écologiques, humains, sociaux, économiques et techniques d’un territoire.

2014- 2015 > Master 2 Biosciences de l’École Normale Supérieure de Lyon, mention bien. Biodiversité et ressources biologiques.

  • Projet de recherche (4 mois) : BIODIVERSITIES AFFECT THE INVASIBILITY OF HUMAN-INTRODUCED SPECIES IN GRASSLANDS COMMUNITIES. Van Kleunen’s Laboratory, Universität Konstanz, Allemagne.
  • Projet de recherche (4 mois) : FISHING DEEP THE TREE OF LIFE. Approche bioanthropique des impacts mondiaux de la pêche sur la vulnérabilité des poissons des récifs coralliens. ECOSYM-MARBEC, Montpellier. Article en cours de publication.

2012 – 2013 > Master 1 Biosciences de l’École Normale Supérieure de Lyon. Écologie, statistiques, adaptation, bioéthique.

  • Projet de recherche (5 mois) : MATERNAL EFFECTS ON ANOGENITAL DISTANCE IN A WILD MARMOT POPULATION. Publication d’un article scientifique éponyme dans PLoS ONE. University of California, Los Angeles – Colorado, USA.
  • Diplôme de l’École Normale Supérieure de Lyon. Cours d’économie générale et de cartographie (QGis).

2011- 2012 > Licence de biologie à l’École Normale Supérieure de Lyon. Langage computationnel R.

2009 - 2011 > Classe préparatoire BCPST, Tours. Équivalence en 2ème année de licence de biologie et géologie.


Expérience professionelle

2017 > Encadrement de stages

  • Mars - août : Antoine Charpentier, M2 Bioterre - Paris 1 Panthéon La Sorbonne, "Les changements climatiques dans l’évolution des pratiques forestières : analyse croisée des pratiques d’adaptation du massif landais et du massif vosgien".
  • Mars - mai : Victoria Soubeiran, M1 BEE Paris-Sud, "Les solutions fondées sur la nature : promouvoir une vision utilitariste de la biodiversité permet-il de favoriser des projets d’ingénierie écologique ?"

2017 (Février) > Coordination du module CLIMAT de la formation Sciences Politiques, Écologie, Stratégie - AgroParisTech

  • Parcours d’enseignement réparti sur 7 séances.

2013 –2014 > Projets de compréhension de l’implication des scientifiques dans la société (année de césure)

  • Laboratoire de Gestion des Écosystèmes et Environnements Forestiers Tropicaux (3 mois) : ANALYSE DE L’EVOLUTION DES STRATEGIES DE
    CONSERVATION DE L’ENVIRONNEMENT DES ONG EN AMAZONIE BRESILIENNE. Montpellier.
  • Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (3 mois) : APPEL A EXPERTS (ECOLOGIE, ECONOMIE, SOCIOLOGIE) POUR LE COMPTE DU SECRETAIRE SCIENTIFIQUE DU COMITE FRANÇAIS DE LA PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE SCIENCES-POLITIQUES POUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ÉCOSYSTEMIQUES. Paris.
  • Bureau d’études Biotope (3 mois) : EVALUATION ENVIRONNEMENTALE ET ETUDES D’IMPACTS (PAS DE TIR D’ARIANE 6, STATION SPATIALE DE KOUROU ; FLEUVE APPROUAGUE ; MINE D’OR DE CITRON). Cayenne, Guyane française.

2014 (9 mois) > Coordinateur d’un groupe de réflexion d’élèves des Écoles Normales Supérieures intéressés par les thématiques environnementales, en lien avec le Ministère des Affaires Étrangères.